Quatre demandes d'aide médicale à mourir en 2016

Quatre demandes d'aide médicale à mourir ont été faites en Abitibi-Témiscamingue entre décembre 2015 et décembre 2016.

Elles ont toutes été concrétisées.

Jusqu'à présent, les familles concernées ont semblé satisfaites des services offerts.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue n'a pas non plus eu de difficulté à trouver des médecins pour administrer l'aide médicale à mourir.

La directrice des services professionnels et de l’enseignement universitaire au CISSS, Dr Annie Léger, se veut rassurante.

« Les gens sont très bien informés de ce qui est à leur disposition. Ce n'est pas du tout compliqué. Il faut bien l'organiser et bien planifier. C'est fait rapidement, en dedans de quelques jours à partir du moment que l'usager en fait la demande, si le patient répond aux critères d'admissibilité et que les médecins ont été identifiés. »

À l'échelle du Québec, Le Devoir avait compilé les données de 33 établissements pour les six premiers mois suivant l'adoption du projet de loi.

On y dénombrait 253 demandes.