Russie suspendue aux JO de Pyeongchang: Christine Girard veut un sport «propre»

La décision du Comité international olympique de suspendre la Russie des prochains Jeux Olympiques de Pyeongchang risque de plaire à l'haltérophile originaire de Rouyn-Noranda, Christine Girard.

Au moment, en 2016, où sa médaille de bronze à Londres est passée à l'or en raison de l'échec au dopage de ses deux adversaires, l'athlète abitibienne nous avait déclaré ceci: 

«Même si j'ai été propre toute ma carrière, je suis capable de rivaliser contre les meilleures de ma catégorie. J'espère que les gens vont comprendre et vont trouver des façons de s'entraîner, tout en respectant les athlètes et en étant honnêtes.»

Certains athlètes russes seront autorisés à prendre part aux Jeux Olympiques, mais seulement s'ils sont jugés "propres" dans le cadre de contrôles antidopage à long terme pratiqués selon les normes internationales. 

Ils seraient alors considérés comme des athlètes neutres en compétition sous le drapeau olympique et se verraient refuser l'hymne russe s'ils gagnaient l'or olympique.