SOPFEU : entente de principe adoptée

Les employés de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) de partout au Québec, incluant ceux de Val-d'Or, ont un nouveau contrat de travail.

Les syndiqués CSN ont dit oui à 86% à l'entente de principe avec l'employeur.

Les employés de la région avaient été sondés le 25 avril.

Les gains sont importants, illustre le vice-président du Syndicat des pompiers forestiers de l'Abitibi-Témiscamingue et de la Baie-James, Jean-Rémi Gauthier.

« Maintenant, de Val-d'Or à aller jusqu'à Havre-St-Pierre, il y a certaines particularités qui deviennent la norme au niveau de la convention collective. Notamment au niveau de la sous-traitance, on peut s'assurer maintenant que l'employeur priorise les salariés syndiqués avant de faire appel à la sous-traitance. »

On note aussi une augmentation du nombre de semaines travaillées garanties (c'est un emploi saisonnier) et l'équivalent de hausses de salaire de 11% sur cinq ans.

Pénurie de main-d'oeuvre

Comme plusieurs entreprises en Abitibi-Témiscamingue, la SOPFEU a des postes à combler.

Cette nouvelle convention aidera surement à attirer de nouveaux joueurs, espère Jean-Rémi Gauthier.

« Ça permet évidemment aux jeunes de monter un peu plus vite, entre autres, pour avoir des semaines garanties plus rapidement. C'est comme ça qu'on espère, entre autres, attirer de la main-d'oeuvre, parce qu'effectivement, on est en pénurie. »

Notre région et la Baie-James comptent 63 salariés, basés à Val-d'Or, Matagami et Radisson.

- Avec la collaboration de François-Olivier Dénommé, Bell Média