Temps supplémentaire obligatoire : la FIQ trouve le temps long

Le temps supplémentaire obligatoire continue de décimer nos infirmières.

Selon les données de la FIQ, entre le premier et le 18 avril, les infirmières et infirmières auxiliaires de Rouyn-Noranda ont fait 35 quarts de travail du genre, uniquement au département de chirurgie.

C'est pourtant contraire à ce qu'avait promis la direction.

Le syndicat estime que les gestionnaires ne font que contempler l'hémorragie pendant que les travailleuses subissent des conséquences.  Il ajoute que quand les heures supplémentaires augmentent, les décès des patients grimpent.

Le vice-président de la FIQ en Abitibi-Témiscamingue, Michaël Bouchard :

«Il y a plusieurs solutions, mais il faut voir le problème en partenaires.  Il faut s'asseoir ensemble et discuter de quoi mettre en place.  Sans enlever le TSO complètement, il faut montrer à nos gens qu'on travaille là-dessus, que c'est pris au sérieux».

- Michaël Bouchard

Parmi les solutions envisagées, on note les quarts de travail de 12h plutôt que 16.