Transformation de l'offre de services médicaux de proximité à Malartic: l'APTS inquiète

L'annonce de la transformation de l'offre de services médicaux de proximité à Malartic inquiète grandement l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux.

Cette situation, clame l'APTS, engendre un transfert des services médicaux de première ligne vers une clinique privé gérée par des médecins. 

Plutôt que de combler les postes de médecin et de travailleur social vacants au CLSC de Malartic, le CISSS s'apprête à les transférer au Groupe de médecine de famille de la Vallée-de-l'Or. 

Une bien mauvaise chose selon le répondant politique régional de l'APTS, Jacques Michel Audet:

«On est inquiets. On voit une tendance en Abitibi-Témiscamingue qu'au lieu de recruter des médecins pour le secteur public, on utilise le secteur privé pour combler le manque de services médicaux, spécialement dans les CLSC de la région.»

Le représentant syndical s'est également dit très inquiet d'assister au démantèlement progressif du CLSC de Malartic et de l'ensemble de l'Abitibi-Témiscamingue au profit du GMF en raison de ressources trop limitées. 

L'APTS réclame maintenant du CISSS qu'il clarifie ses intentions et lui présente son plan stratégique de main- œuvre.