Transport scolaire sécuritaire, l'affaire de tous

Faites-vous vraiment attention lorsque vous croisez ou suivez un autobus scolaire? Plusieurs acteurs du milieu s'unissent pour sensibiliser toute la population à la vie d'un élève qui utilise le transport scolaire dans le cadre de la Campagne de sécurité M'as-tu vu.

 

La campagne en trois axes rappelle aux conducteurs d'autobus d'être vigilants, aux enfants de demeurer bien assis et calmes et de faire attention en traversant, et enfin aux automobilistes de faire leur part.

« On va les sensibiliser premièrement au respect de la signalisation, mais au-delà de ça, quand on voit un autobus scolaire, c'est jaune de chrome, c'est la couleur internationale du danger, ce n'est pas pour rien. C'est parce qu'on veut que les automobilistes qui circulent alentour soient vigilants, il faut ralentier, il faut avoir des yeux un peu partout, il va certainement y avoir des enfants s'il y a un autobus scolaire. »

- Yannick Goupil, directeur de la division Rouyn-Noranda/Témiscamingue pour le Groupe Autobus Maheux

Les autobus scolaires sont fabriqués de telle sorte qu'ils sont extrêmement sécuritaires. Les sièges sont conçus pour absorber de l'énergie et se briser vers l'avant si un enfant y était propulsé. Il y a aussi des arceaux de sécurité partout, ce qui fait en sorte qu'en cas de tonneaux, il ne s'écrasera pas sur lui-même.

Un bilan exemplaire

Au Québec, 520 000 enfants sont transportés en autobus scolaire quotidiennement sur près d'un million de kilomètres. 10 400 autobus sont sur la route. Heureusement, on ne dénombre aucun accident mortel impliquant un autobus scolaire depuis 1983.

« C'est vraiment un bilan dont on est fiers, mais pour ça, ça prend la collaboration de tout le monde, pour que ce transport-là continue d'être parmi les plus sécuritaires au monde. »

- Yannick Goupil

 

La campagne se tient du 4 au 15 février. Une activité de contrôle routier de prévention était d'ailleurs organisée ce midi près de l'école Saint-Sauveur de Val-d'Or.

Des écoliers étaient au milieu de la rue pour sensibiliser les automobilistes. C'était une collaboration entre Autobus Maheux, la Commission scolaire de l'Or-et-des-Bois, les transporteurs du secteur de Senneterre et la Sûreté du Québec.

Ne pas respecter la signalisation des autobus pourrait vous couter cher.

« On parle d'une amende de 200 $ et neuf points d'inaptitude. Oui, il y a l'amende, mais il faut comprendre aussi les conséquences de passer droit aux feux rouges d'un autobus. Ça peut avoir des conséquences tragiques. C'est obligatoire de respecter une distance d'au moins cinq mètres de l'autobus, que l'on soit derrière ou qu'on croise, pour permettre aux écoliers de pouvoir se déplacer. »

- Le sergent Jean-Raphaël Drolet, coordonnateur local en police communautaire

D'autres activités du genre sont prévues dans la MRC de la Vallée-de-l'Or tout au long de la campagne, mais aussi à Rouyn-Noranda et en Abitibi-Ouest.