Triste bilan routier en Abitibi-Témiscamingue

15 personnes ont perdu la vie sur les routes de l'Abitibi-Témiscamingue en 2017.

C'est 5 décès de plus qu'en 2016, selon le plus récent bilan routier, et un sommet depuis 2014.

Les jeunes de moins de 25 ans sont encore surreprésentés, une donnée qui se traduit à l'ensemble de la province.

La vitesse ou la conduite imprudente sont le plus souvent en cause.

Le ministre des Transports André Fortin.

« On l'a dit et on va continuer de le dire, la distraction au volant cause de plus en plus de décès sur nos routes. Il faut changer nos habitudes. Regarder son téléphone ne serait-ce qu'une seconde peut mettre la vie de quelqu'un en danger. »

De plus, dans la région, 39 personnes ont été gravement blessées dans un accident, c'est près de 15 % de plus qu'en 2016.

727 personnes ont subi des dommages corporels. La route 117 est encore en cause dans plusieurs cas, mais plusieurs chantiers sont prévus pour l'améliorer dans les prochaines années.

Dans le Nord-du-Québec, l'année a été encore plus difficile, alors que 11 personnes ont perdu la vie, une augmentation de 450 % par rapport à 2016.

Bilan national

À l'échelle de la province, le nombre d'accidentés a diminué, mais le nombre de décès et de blessés graves est en hausse, surtout chez les jeunes.

Au total, 359 personnes ont perdu la vie sur le réseau routier en 2017, contre 351 en 2016.

En incluant les piétons et les cyclistes, 75 jeunes de 15 à 24 ans sont morts l'an dernier contre 46 en 2016.

Avec la modernisation du Code de la sécurité routière, à partir du 18 mai, il sera interdit aux apprentis conducteurs de prendre la route entre minuit et 5h.

Par ailleurs, 69 piétons sont décédés l'an dernier. C'est 25% de plus que la moyenne des 5 dernières années.

Afin de rendre nos routes plus sécuritaires, Québec annonce justement un investissement de  7,3 M$ pour la mise en place de 91 projets.