Un rapport environnemental sur le projet Onimiki déposé

On a maintenant une meilleure idée des possibles impacts environnementaux du projet Onimiki, au Témiscamingue.

La MRC et deux communautés autochtones travaillent main dans la main pour la construction de deux mini-centrales hydroélectriques sur le territoire.

Un rapport préliminaire de l'Organisme de bassins versants du Témiscamingue (OBVT), basé sur la littérature existante, fait état de possibles impacts sur les écosystèmes, la qualité de l'eau et la recharge en eau souterraine.

Il serait toutefois positif pour l'économie avec la création d'emplois et la réduction de gaz à effet de serre.

Tous ces impacts potentiels seront analysés et ne s'appliquent pas nécessairement au projet, toujours à l'étude.

La préfète de la MRC de Témiscamingue, Claire Bolduc, a eu certaines des réponses qu'elle souhaitait.

« Le rapport met vraiment en lumière les enjeux environnementaux auxquels un projet comme celui d'Onimiki sera confronté. Il donne aussi des pistes de solutions, mais c'est un rapport préliminaire. Quand on va avancer dans le projet, bien entendu, il y a d'autres études plus poussées qui devront être faites, il y a d'autres analyses plus importantes qui devront être complétées. »

L'OBVT présentera officiellement le rapport à la population et aux élus le 20 juin, mais il est disponible sur le site du projet Onimiki.

La demande a été déposéeau gouvernement pour l'obtention des droits hydriques et les élus continuent d'informer les gens sur le projet.

Claire Bolduc espère maintenant un appui de tous les partis politiques dont des candidats seront en élection en octobre.