Une échelle n'est pas un poste de travail

Si vous avez à travailler en hauteur, oubliez l'échelle.

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) lance une campagne de prévention des chutes de hauteur.

L'an dernier en Abitibi-Témiscamingue, 20 travailleurs sont tombés d'une échelle ou d'un escabeau. On dénombre 112 chutes au cours des cinq dernières années.

Ces statistiques n'indiquent pas la gravité des blessures subies ou si le travailleur en est décédé.

Il faut prioriser un moyen plus sécuritaire pour travailler en hauteur, martèle le responsable régional des communications à la CNESST, Yvon Grégoire.

« Une échelle, c'est un moyen d'accès uniquement, et non pas un poste de travail. Nous, ce qu'on va préconiser évidemment, c'est de travailler avec des plateformes, soit une plateforme élévatrice, une nacelle ou un échafaudage, qui offre un plancher de travail stable et qui est muni de protections collectives. »

Des messages radio et une campagne publicitaire sont déployés dès aujourd'hui (lundi) autour du message  « Ne travaillez pas dans une échelle, car vous pourriez tomber de plus haut que vous ne le pensiez ».

En moyenne, on dénombre annuellement 845 chutes à partir d'une échelle ou d'un escabeau au Québec.