Une phase 2 à venir pour les maternités porcines au Témiscamingue?

D'ici les deux prochaines semaines, plus de 1 600 truies feront leur entrée à la quatrième maternité porcine des Fermes Boréales, à Saint-Eugène-de-Guigues.

 

Environ 150 personnes sont allées visiter les installations, jeudi soir, avant l'arrrivée des animaux. L'entreprise souhaitait se faire connaître davantage et démystifier ses activités.

Étienne Hardy et une collègue de Boucherville avec des porcelets.

Olymel. Étienne Hardy et une collègue de Boucherville avec des porcelets.

Depuis quatre ans, les maternités du Témiscamingue servent à l’approvisionnement des producteurs en porcelets de qualité.

« Chaque maternité va produire 65 000 porcelets par année puis ils sont acheminés chez les propriétaires de Fermes Boréales, parce que ce sont des maternités collectives, ce n'est pas la propriété d'Olymel. Ils reçoivent les porcelets chez eux pour les élever et ensuite, les envoyer chez Olymel pour la viande. » 

- Étienne Hardy, directeur principal aux productions porcines chez Olymel

Les porcelets sont envoyés partout au Québec, notamment en Beauce, sur la Rive-Nord et en Montérégie.

Des porcelets dans une maternité porcine des Fermes Boréales, au Témiscamingue

Olymel. Des porcelets dans une maternité porcine des Fermes Boréales, au Témiscamingue

Une phase 2 à venir?

Les Fermes Boréales cherchent encore cinq employés pour mener à bien les opérations du site, qui accueillera à terme 2 360 truies et 11 verrats.

L'entreprise travaille avec des entrepreneurs locaux pour la construction et recrute localement, lorsque possible, malgré la pénurie de main-d'oeuvre. Il reste maintenant à trouver un site pour la cinquième et dernière maternité, qu'elle espère construire cet été. Les recherches durent depuis plus de deux ans.

Actuellement, les quatre maternités sont situées à Fugèreville, Lorrainville, Béarn et St-Eugène-de-Guigues. Le projet, maintenant évalué à 60 M$, emploie déjà 50 personnes.

La troisième maternité porcine des Fermes Boréales, à Lorrainville

Olymel. La troisième maternité porcine des Fermes Boréales, à Lorrainville.

Une phase deux au Témiscamingue est même déjà dans les discussions pour les prochaines années, avoue Étienne Hardy.

« C'est sur qu'on aimerait regarder la possibilité de la faire au Témiscamingue, étant donné qu'on commence à avoir une équipe formée, développée, et avec une expertise vraiment pointue en maternités porcines. Ça voudrait dire qu'on pourrait doubler. »

- Étienne Hardy

L'entreprise compte aussi organiser un deuxième Défi Boréales cet été pour amasser des fonds pour les paniers de Noël au Témiscamingue.