Val-d'Or forcée de réintégrer un cadre

Le Tribunal administratif du travail ordonne à la Ville de Val-d'Or de réintégrer un cadre injustement limogé en 2014.

La Ville lui reprochait des occasionnelles sautes d'humeur et le congédiement de deux employés.

Dans sa décision, le juge André Michaud estime que le directeur général adjoint de l'époque a fait un congédiement improvisé, fondé sur une enquête bâclée et conduit avec un amateurisme désolant.

Val-d'Or doit aussi verser 68 000$ à ce cadre pour le salaire perdu, les dommages moraux et les frais d'avocats.