Val-d'Or invite les municipalités à tendre la main aux autochtones

Val-d'Or encourage toutes les municipalités du Québec à poser des actions pour que cesse l'indifférence envers les autochtones.

 

La Ville réagit ainsi au dépôt du rapport final de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées (ENFFADA).

Selon le maire, Pierre Corbeil, il faut une concertation sur la reconnaissance et le rôle des Premiers peuples localement.

« C'est une tragédie, et puis je pense que le sort réservé aux femmes et aux filles autochtones disparues représente surtout une négation des droits humains les plus fondamentaux et c'est là-dessus qu'il faut faire une pause et absolument corriger la situation. »

- Pierre Corbeil, maire

Des objectifs à court, moyen et long terme doivent être fixés pour corriger les confrontations perpétuelles.

Val-d'Or suggère notamment un combat collectif de l'indifférence envers les Premiers peuples, une mise à jour de la Loi sur les Indiens et l'appui à des initiatives générant de la fierté nationale.

Des efforts constants

La Ville a déjà fait de nombreux pas pour l'amélioration des conditions de vie des autochtones dans les dernières années. Elle s'est dotée d'un plan de lutte au racisme et à la discrimination et a signé la Déclaration de Val-d'Or avec plusieurs communautés autochtones.

Il y a aussi l'adhésion à la Coalition des municipalités inclusives et l'adoption par le conseil municipal de la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples autochtones.

Diverses entreprises, institutions et organismes du milieu ont aussi posé des actions concrètes.

L'amélioration est continue depuis la crise en 2015, estime le maire, Pierre Corbeil.

« Les approches ont été révisées dans plusieurs secteurs, et les gens ont suivi des formations, les gens ont regardé la situation avec de l'ouverture et de la lucidité. Ils sont véritablement passé le stade de la prise de conscience et sont en mode de collaborer. »

- Pierre Corbeil

La Ville offre son soutien aux familles endeuillées et frappées par les abus.

De son côté, le Parti libéral du Québec presse le gouvernement Legault de s'engager et de donner rapidement suite au rapport. Le rapport de la Commission Viens est toujours très attendu pour complémenter celui du fédéral. Il doit être publié en septembre 2019.