Ville-Marie rappelle au CISSS ses engagements

Pas question pour Ville-Marie de lâcher le morceau en ce qui concerne la qualité des services de santé offerts sur son territoire.

Mardi, les élus ont adopté une résolution pour rappeler au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Abitibi-Témiscamingue les difficultés vécues par la population.

La rupture en anesthésie à Ville-Marie et le manque de médecins à Témiscaming n'en sont que deux exemples.

Avec le départ imminent de Jacques Boissonneault, il est primordial de rappeler ses engagements afin qu'ils soient respectés.

Au Témiscamingue, c'est une question de sécurité pour la population de conserver le système de santé publique, martèle le maire de Ville-Marie, Bernard Flébus.

« Nous, c'est qu'on n'a pas d'alternative au Témiscamingue. Il y a une clinique vétérinaire, mais on n'a rien pour les humains dans le privé, alors on y tient. On interdit aux gens d'aller à New Liskeard ou à North Bay, les corridors [de services] sont fermés. Au moins avant, on pouvait se dire qu'on pouvait aller profiter du service de santé chez les voisins, mais la RAMQ a fermé le robinet. »

Selon le maire Flébus, Senneterre a aussi remis une résolution à cet effet.