Cuisine de rue : des restaurateurs n'en veulent pas de food trucks

Des restaurateurs pourraient faire valoir leur mécontentement ce soir lors de la séance du conseil municipal de Saguenay pour dénoncer l'intention de la Ville de permettre la des camions de cuisine de rue sur le territoire.

Les restaurateurs Myriam Bouchard et Michel Lavoie, rappellent que leurs commerces ne fonctionnent à plein régime qu'une partie de l’année et que si à chaque activité, il y a des camions-cuisines, ils sont aussi bien de fermer leurs portes. Les deux restaurateurs auraient aimé que la ville les consulte avant d'aller de l'avant avec ce projet.

Pour sa part, le conseiller municipal Simon-Olivier Côté a l'intention de demander un délai supplémentaire d'un mois dans la poursuite de ce projet de règlement, le temps de discuter avec les principaux concernés.

«On va voir ce que nos restaurateurs ont a dire. Je pense que c'est important de les écouter, ils sont des générateurs d'emplois importants et des services qu'on souhaite garder. Je ne pense pas que nous allons revenir en arrière, mais nous pouvons peut-être faire des modifications.» - Simon-Olivier Côté

 

Pour l'instant à Saguenay, il n'y a qu'un restaurateur qui détient un camion de bouffe de rue et qui demande de pouvoir le déplacer sur le territoire, il s'agit du camion du restaurant Temaki de Chicoutimi. Très heureux il y a un mois qu'une nouvelle politique municipale voulait encadrer la pratique différement, Michael Tremblay l'était beaucoup moins vendredi dernier quand il a reçu un courriel de la part de l'association des centres-villes de Chicoutimi. Il l'a publié sur la page Facebook de son restaurant, ainsi qu'un sondage pour savoir si les gens en veulent ou non des food trucks.

 

 

Avec la collaboration de Carolyne Labrie.