Disparition d'un conjoint : quand l'autre peine à survivre financièrement

Véronique Mercier, dont le conjoint est porté disparu depuis le mois de mai doit maintenant se battre avec l'appareil judiciaire pour survivre financièrement.

Sans nouvelles de Cedric Gouillart depuis quatre mois, sa femme ne peut administrer aucun de ses biens avant un an.

Sauf que Véronique Mercier a besoin de faire vivre ses enfants et de payer les factures.

 

Ce que je souhaite c'est d'avoir l'autorisation de vendre le véhicule, les motoneiges et la roulotte pour se créer un fonds de roulement. De pouvoir sortir les placements aussi pour pouvoir couvrir nos frais.

 

Elle a entrepris des procédures au palais de justice de Chicoutimi aujourd'hui. Mme Mercier se sent complétement délaissée.

 

Les assurances ne fonctionnent pas du tout. Aucune rente n'existe pour les familles de disparus. On est livré à nous-mêmes.

 

La femme veut aussi se battre pour les autres familles à qui cette terrible situation pourrait aussi arriver.

Par ailleurs, une amie de Mme Mercier organise un souper-bénéfice le 27 septembre au Bistrot du Fjord, au coût de 25 $.