École à la maison : les parents ne veulent pas de règles plus strictes

Les parents qui ont choisi de faire l'école à la maison se mobilisent aux quatre coins de la province puisque Québec veut resserrer les règles dès l'automne.

Vendredi midi à Chicoutimi, une vingtaine de familles ont manifesté contre les nouvelles mesures annoncées, entre autres, un contrôleur qui ferait des visites dans les résidences et des examens ministériels obligatoires.

Caroline Jean ajoute qu'en plus, le programme a été revampé l'an dernier. Elle ne voit donc pas pourquoi un an plus tard ça ne fait plus, ajoutant que dans son cas, sa fille a demandé de pouvoir faire l'école à la maison en deuxième année parce qu'elle était beaucoup trop stressée et anxieuse dans une école et une classe.

 

Le projet de loi actuel nous oblige à faire du français, des maths, de la technologie et de l'univers social en plus d'apprendre une deuxième langue. Le gouvernement ce qu'il veut faire s'est de rajouter des critères de performances. Qu'il y ait des suivis, on est tout à fait pour, qu'il y ait une police de l'école et une intrusion dans la maison, ça nous questionne beaucoup.

 

Québec dit vouloir arrêter les écoles illégales avec les nouveaux règlements. Le gouvernement rate sa cible selon les parents qui indiquent que les responsables d'écoles illégales n'embarqueront certainement pas dans un programme encore plus contraignant, mais qu'ils vont plutôt continuer de contourner la loi.

Environ 5000 enfants reçoivent leur éducation à la maison au Québec. D'autres sorties publiques sont prévues jusqu'au 10 mai ailleurs en province.