Encore trop de temps supplémentaire obligatoire pour les infirmières

Le CIUSSS est loin d'avoir réglé le problème de temps supplémentaire obligatoire chez ses infirmières. L'an passé, la direction et le syndicat s'étaient entendus pour créer 300 postes à temps complet de plus or, au 31 mars dernier, seulement 93 postes avaient été bonifiés.

La présidente du Syndicat des professionnelles en soins du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Bouchard explique que la direction ne tient pas sa promesse, car elle demande la mobilité de la main-d'oeuvre. Le syndicat refuse d'adhérer à cette demande parce qu'elle aurait des conséquences négatives sur le sentiment d'appartenance des infirmières à une équipe de travail et aussi sur les spécialisations qu'elles développent.

«Au bloc opératoire, à l'urgence ou aux soins intensifs, ce sont des grosses spécialités. On ne peut pas dire, nous allons vous orienter et vous serez dans l'obligation d'êtres bonnes dans les trois centres d'activités. C'est impensable parce que la personne est trop à risque d'erreur.» - Julie Bouchard

Les infirmières du Saguenay-Lac-Saint-Jean emboîteront ainsi le pas de leurs collègues du reste de la province et elles refuseront de faire du temps supplémentaire obligatoire lundi prochain. Les employés-cadres devront donc prendre leur place auprès des patients. Au CIUSSS, la direction nous répond qu'elle n'est pas inquiète pour le 8 avril et que tous les services aux patients seront offerts comme à l'habitude. Elle évalue présentement la situation.

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a demandé à la ministre de la Santé, Danielle McCann si le gouvernement de la CAQ allait abolir bientôt les heures supplémentaires obligatoires, comme il l'avait promis en campagne électorale : « Le 8 avril prochain, elles vont choisir de préserver leur santé physique et leur santé mentale le temps d'une journée

La ministre a répondu que le travail était déjà amorcé pour abolir le temps supplémentaire obligatoire d'ici la fin du mandat, ajoutant du même souffle que le budget 2019-2020 prévoit 200 millions de dollars pour embaucher du personnel soignant dans les CHSLD et les hôpitaux.

Avec la collaboration de Carolyne Labrie.