Grève des CPE de la région: réactions syndicales et patronales

Aucune rencontre n'est prévue entre les parties patronales et syndicales pour mettre fin à la grève générale illimitée dans 22 CPE de la région.

La présidente du Syndicat des travailleuses des CPE touchées, Nathalie Dupérré, ne comprend pas pourquoi des employeurs ont dit oui et que d'autres s'entêtent à dire non au fractionnement des semaines de vacances pour les travailleuses à temps partiel.

Elle explique que parmi les travailleuses sur la liste de rappel, certaines ont 20 ans d'ancienneté.

« La dernière fois, elles ont fait un compromis, la dernière fois on avait déposé une banque de temps pour l'ensemble des travailleuses. Les employeurs nous disent, pour cette fois-ci on va la donner juste aux temps complets, la prochaine fois on verra. Pourquoi est-ce que cette fois-ci on ne pourrait pas l'obtenir pour toutes les travailleuses. »

Interrogées sur une ligne de piquetage ce matin, les travailleuses semblent gonflées à bloc, mais elles souhaitent tout de même un retour rapide à la table de négociation.

« On s'ennuie déjà de nos petits mousses, mais là ce qu'on fait c'est notre ultime recours et on espère que ce ne sera pas trop long. C'est de faire des téléphones, des moyens de pression d'appeler les directions pour dire qu'on ne veut pas la grève, on veut que ça se règle. »

Réaction des directions des CPE

Les directions des CPE du Saguenay-Lac Saint-Jean réagissent aux propos tenus ce matin par le Syndicat des travailleuses en point de presse.

L'Association patronale des CPE de la région soutient que les deux points de litige sont de nouvelles demandes qui nuiraient aux services donnés aux parents et ne sont pas envisageables.