La médecin qui a traité la victime d'All Boivin témoigne

La médecin qui a traité la présumée victime d'All Boivin à l'urgence de l'hôpital de Chicoutimi l'été dernier estime que la version des faits de la jeune fille concordait avec ses blessures. La docteure Caroline Dupont-Dorais témoignait ce matin au procès du Laterrois accusé d'agression sexuelle armée et de voies de fait grave sur une femme de 21 ans.

Elle rapporte que la plaignante a subi des lacérations au foie, des contusions aux reins et un traumatisme crânien léger. Aussi, son corps comportait plus de 100 ecchymoses et ses yeux ont dû être nettoyés en raison du poivre de cayenne. Plus tôt cette semaine, des photographies de ses blessures ont été dévoilées en salle de cour. On a pu constater que son corps comportait de nombreuses ecchymoses et enflures.

La médecin a aussi expliqué à la cour que la patiente minimisait sa situation, jusqu'à l'examen gynécologique. Elle est devenue paniquée lorsqu'elle a appris qu'un objet avec lequel elle a été agressée se trouvait dans son vagin et c'est à ce moment qu'elle a décidé de porter plainte. La docteure Dupont-Dorais précise que la plaignante n'était pas sous l'effet de l'alcool ou de drogues lorsqu'elle est entrée dans sa salle d'examen.

La présumée victime a bénéficié d'une protection des policiers à l'hôpital de Chicoutimi puisque la médecin avait des raisons de craindre pour sa sécurité. Son nom a été effacé du système pour qu'elle soit introuvable. Les individus qui l'ont conduite à l'hôpital l'auraient par ailleurs laissée seule à l'entrée, ce qui est tout à fait inhabituel selon la médecin.

Le procès est débuté depuis lundi, cliquez ici pour en savoir plus sur les autres témoignages.