Lock-out: des ex-syndiqués de la CSD refusent de payer 45 000$

La Fédération des travailleurs du Québec défend en cour ses 40 ex-lockoutés qui ne veulent pas payer la dette de leur ancien syndicat liée au lockout.

Le conflit a duré trois ans, coûté 6 millions en emprunt à la CSD et touché 450 travailleurs de 25 concessionnaires de la région.

La Centrale des syndicats démocratiques poursuit les employés de Rocoto Toyota, de LG automobile et d'Alma Toyota qui se sont affiliés à la FTQ quelques mois après la fin du conflit pour qu'ils remboursent 45 mille dollars chacun.

Le président de l'Union des opérateurs et employés de service du Québec, Yves Imbeault, croit que cette dette revient plutôt à la CSD qui n'avait pas pris entente avec chaque employé.

« Pendant le conflit qui a duré trois ans, eux allèguent qu'ils ont fait des prêts à des gens pendant le conflit nous on juge avec nos avocats que cette dette appartient au syndicat. »

Les deux partis reviennent en cour le 21 décembre.