Mesures de sécurité pour le Sommet du G7 à Saguenay

Les 250 policiers de la Sûreté municipale de Saguenay seront mobilisés 24 heures sur 24 pendant la tenue du G7 au Manoir Richelieu à Charlevoix.

C'est que les dignitaires et dirigeants de l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni, le Japon, l'Italie et les États-Unis voyageront par l'aéroport militaire de Bagotville.

Du 4 au 10 juin, le chemin des Aviateurs, qui passe entre la base de Bagotville et le quartier militaire, deviendra une zone restreinte et sécurisée. Il y aura des points de contrôle et des accréditations seront nécessaires pour aller sur la base ou dans le quartier.

Les gens seront invités à circuler par l'autoroute, indique l'inspecteur Denis Gilbert.

 

L'autoroute nous facilite la tâche énormément. Il va y avoir des panneaux à messages variables. Les gens qui doivent circuler entre La Baie et Chicoutimi n'auront pas d'impact.

 

Il ajoute que le spectacle aérien ou les courses de cyclistes dérangent beaucoup plus la circulation locale que cet événement.

L'aéroport civil de Bagotville sera aussi surveillé par les policiers et les curieux ne seront pas les bienvenus.

Un espace de rassemblement sera plutôt aménagé au coin de la route 170 et du chemin des Aviateurs.

 

Voici la carte officielle de la zone sécurisée : 

Sûreté municipale de Saguenay

 

Cinq corps policiers déployés

Des centaines de policiers seront aussi mobilisés à Charlevoix et à Québec, pendant le Sommet du G7.

Cinq corps policiers travailleront ensemble sur l'événement qui est géré par la GRC.

Chaque événement de cette envergure entraîne des défis logistiques, avoue la porte-parole de la GRC, Camille Abel. Cette fois, l'endroit est éloigné et enclavé. 

Les agents de la GRC sont aussi prêts à recevoir les manifestants et à faire face aux nouveaux défis entourant la sécurité.

 

On planifie pour le pire, on espère qu'il n’arrive rien. Côté technologie, maintenant il y a les drones. On doit les surveiller. Il y a aussi les loups solitaires et les attaques au camion-bélier qui sont souvent difficiles à prévoir.

 

C'est le premier ministre Justin Trudeau qui a choisi Charlevoix pour recevoir ses homologues du G7.