Pénurie d'infirmières à l'hôpital de Chicoutimi

Le CIUSSS ignore si la situation va s'améliorer ou se détériorer à l'hôpital de Chicoutimi.

Une centaine de quarts de travail supplémentaires obligatoires ont été imposés aux infirmières depuis le 1er janvier et 70 autres sont prévus ce weekend.

Une dizaine d'infirmières à la retraite ont été appelées en renfort et le CIUSSS a commandé de nouveaux lits pour les patients indique la porte-parole Amélie Gourde.
«Si la condition clinique des patients s'améliore, on peut évaluer est-ce qu'ils vont pouvoir sortir, est-ce qu'on peut les envoyer en centre de réadaptation, est-ce qu'on peut les envoyer dans un autre hôpital, c'est vraiment des pistes de solutions qui sont présentement à l'étude».

La présidente du Syndicat, Julie Bouchard, déplore cette situation qui cause de l'épuisement chez les infirmières. Elle affirme que cette pénurie s'explique entre autres par des conditions de travail peu attrayantes.

«Au Saguenay-Lac-Saint-Jean on leur offre un 2 deux jours semaine et le reste c'est de la disponibilité supplémentaire, c'est pas trop attractif. Québec, Montréal, c'est du temps complet sur le département qu'elles veulent, entre les deux, le choix est facile à faire».