Pénurie de main-d'oeuvre chez Temaki

Le restaurant Temaki de Chicoutimi n'échappe pas à la pénurie de main-d'oeuvre.

Depuis quelques années, l'entreprise peine à recruter des employés et de les rendre assidus au travail.

Si bien que les commandes pour emporter et le nombre de clients en salle pourraient être revus à la baisse.

Le propriétaire, Michaël Tremblay, explique que même si les employés sont payés au-dessus du salaire minimum, les candidats se font rares dans tous les départements.
''Peut-être que les gens ça les intéresse moins de travailler en restauration. Il faut quand même que tu sois prêt à faire de longues heures debout, il fait chaud, il y a beaucoup de pression''.

Le restaurateur changera par ailleurs pour un local plus petit, toujours sur la rue Racine, dans quelques mois.