Protection du caribou forestier : il faudra faire des compromis

La manière dont seront gérées les coupes forestières dans le futur sera déterminante pour la survie du caribou forestier.

Le biologiste Martin-Hugues Saint-Laurent a fait le point mercredi matin au Cercle de presse du Saguenay. Selon lui, bien que des données véhiculées ces dernières années indiquaient une croissance, la majorité des hardes sont en déclin au Québec.

 

« Pour les différentes populations de caribous forestiers pour lesquelles ont a des taux vitaux, oscillent entre 0.82 et 0.98. Il n'y a aucun indicateur qui nous permet de croire que cette population n'est pas en déclin. » - Martin-Hugues Saint-Laurent, biologiste

 

Si les prédateurs et le climat ont été visés comme responsables, M. Saint-Laurent indique que les données préliminaires d'études sur lesquelles il travaille ciblent plutôt les coupes forestières. Il croit que le gouvernement du Québec ne doit pas repousser à 2022 l'élaboration d'une stratégie de protection du caribou forestier, même si ça peut se traduire par des pertes d'emploi.

 

Je ne pense pas qu'on va être en mesure de rétablir le caribou sans avoir d'impacts socioéconomiques. Maintenant, quelle sera la taille de ces impacts-là ? Il faut réussi à trouver une manière de concilier les usages, mais concilier ça veut dire que les compromis ne viennent pas juste du côté des caribous.