Rapport de la CNESST concernant l'accident mortel chez Pièces d'autos Choc

La chargeuse n'aurait jamais dû se trouver sur la même voie de circulation que les travailleurs à pied dans la cour de chez Pièces d'autos Choc, selon la CNESST qui publie son rapport sur le décès d'un travailleur en janvier dernier.

Édouard Guernon récupérait des pièces de véhicules entreposés dans la cour de l'entreprise de Laterrière et il les transportait au garage à pied. Au même moment, un collègue qui conduisait la chargeuse pour déplacer un conteneur a reculé. Il a malheureusement heurté l'homme de 53 ans qui est mort sur le coup, écrasé par la roue arrière droite du véhicule.

Avant même la fin de l'enquête de la CNESST, des zones réservées à la circulation des piétons ont été balisées dans la cour de Pièces d'autos Choc pour mieux gérer la cohabitation. Le responsable de la CNESST, David Blouin, ajoute que plusieurs mesures peuvent être mises en places dans ce type d'environnement de travail. :

 

« Ça peut être le port du dossard ou l'identification de voies réservées pour les piétons. Dans ce cas-ci, c'est lors d'une manoeuvre de recul, donc c'est de limiter ce type de manoeuvre puisque lorsqu'on recule, la visibilité à l'arrière est limitée. C'est peut-être d'établir des endroits spécifiques pour les manoeuvres de recul et ainsi repartir de l'avant. »

 

Lors de l'accident, le 10 janvier 2019, la trentaine d'employés ont été extrêmement bouleversés par le décès de leur collègue, un homme de La Baie. Le conducteur de la chargeuse avait alors été transporté à l'hôpital pour subir un choc nerveux. La direction de l'entreprise avait demandé à une équipe du CLSC d'intervenir avec des psychologues et intervenants sociaux auprès des employés.