Rio Tinto veut s'attaquer à la pénurie de la main-d'oeuvre

L'entreprise Rio Tinto lance un appel régional pour attaquer de front les enjeux liés à la pénurie de main-d'oeuvre.

Elle aimerait que des entrepreneurs, élus et directions d'écoles de formations trouvent ensemble des solutions.

La multinationale a embauché 350 travailleurs dans la dernière année, mais tout de même, les CV sont moins nombreux, indique sa porte-parole Véronick Lalancette.

Rio Tinto est par ailleurs bien consciente que ces nouveaux employés, elle les a sans doute repêchés chez d'autres entreprises régionales et même chez ses fournisseurs.

 

La main-d'oeuvre représente un défi et on y travaille activement. Il y a des initiatives qui ont été mises en places avec nos fournisseurs régionaux, par exemple des comités. C'est la raison pour laquelle Rio Tinto suggère de former une table de discussion avec des entreprises, des élus, des centres de formation et des organismes pour traiter régionalement des enjeux du manque de main-d'oeuvre.

 

Les efforts de recrutement de l'entreprise se poursuivent et des postes sont affichés, ajoute Mme Lalancette qui avoue que la venue prochaine de MétauxBlackrock représente un autre défi.