Un quartier bien vivant au coeur de Chicoutimi

Niché au centre du quartier Saint-Paul à Chicoutimi, le Carrefour communautaire anime les résidents depuis 20 ans. Dans une ère où les regroupements citoyens se font plus rares en milieu urbain, environ 110 bénévoles mettent la main à la pâte chaque année.

La coordonnatrice Stéphanie Deschênes a accueilli notre journaliste un lundi matin avec une carafe pleine de café.

En 1998, le point de départ a été les enfants. Après l'école, ils pouvaient venir ici, participer aux activités gratuites au lieu de se promener dans le quartier en attendant le retour de leurs parents. Ce sont les communautés religieuses qui ont parti le projet avec des citoyens et l'école du quartier.

On y entre dans la cuisine, comme à la maison.

BellMedia

 

Encore aujourd'hui, chaque jour après l'école une quarantaine d'enfants envahissent les locaux pour faire leurs devoirs, s'amuser et discuter avec les intervenantes dans un cadre sécuritaire. L'été, un camp de jour est aussi offert et certains soirs, les parents sont invités à participer à une activité.

La semaine dernière, ils sont allés jouer aux quilles, une dizaine de familles sont venues. Nous à ce moment-là, ça nous permet de rencontrer les parents et de tisser des liens. Souvent, ils n'ont pas le temps de venir nous voir en semaine, plusieurs ont 2-3 emplois pour payer les factures. Ils sont débordés.

 

Le Carrefour est propriétaire du bâtiment qui abrite d'autres organismes.

BellMedia

 

Le Carrefour compte donc sept employés et des dizaines de bénévoles qui organisent pendant l'année des clubs de marche, cuisines collectives, jardin communautaire et trois fêtes majeures : la fête des récoltes, la Saint-Jean et Noël. D'ailleurs, des bénévoles sont déjà à la tâche pour confectionner les tourtières et desserts de cette fête qui va accueillir 200 personnes.

Il y a une communauté à l'intérieur de la ville. Il y a des gens qui sont ici depuis leur naissance, d'autres qui reviennent dans le quartier par nostalgie et certains s'installent parce que les logements sont moins chers. Nous on veut créer un sentiment d'appartenance pour ces gens-là et qu'ils voient qu'ils peuvent avoir une belle qualité de vie et un bon réseau.

 

L'équipe de l'organisme social a toutefois de grands défis : le financement, un combat de tous les instants avoue Mme Deschênes qui fait des miracles avec bien peu, ainsi que le vieillissement de la population et des bénévoles.

D'ailleurs, une assemblée de quartier citoyenne s'est tenue le 20 novembre pour tenter de rejoindre les plus jeunes. L'équipe souhaite s'adapter aux résidents de tous les âges et les rejoindre dans leur quotidien. Un journal de quartier est même distribué quelques fois par année.

Pendant les élections, on présente les candidats de chaque parti dans le journal et les gens apprécient vraiment ça. D'ailleurs, plusieurs nous disent lire notre journal du début à la fin. Notre mission c'est aussi l'éducation populaire.

 

Une salle de réunion ou pour faire les devoirs et activités plus calmes.

BellMedia