Un Saguenéen sans enfant doit payer une pension alimentaire en Ontario !

Une erreur administrative étonnante plonge un jeune homme de Laterrière, à Saguenay, dans un véritable labyrinthe: le gouvernement fédéral lui prélève de l'argent pour une pension alimentaire, mais le problème, c'est que Cédrick Claveau n'a aucun enfant.

Le menuisier de formation a eu un doute lorsque ses deux premières prestations de l'assurance-emploi n'ont pas été versées en mars. Il a été surpris d'apprendre qu'un jugement a été rendu en Ontario, stipulant qu'il doit 28 000 $ en pension alimentaire. Comme l'assurance-emploi relève du gouvernement fédéral ce dernier peut prélever la moitié de son montant de l'assurance-emploi sur chaque chèque. Cédrick Claveau a perdu 2000 $ avant de recommencer à travailler, et maintenant il a peur qu'une partie de son salaire soit aussi saisie.

 

«  Le premier versement de chômage, j'avais juste un montant. J'en ai pas fait de cas parce que je pensais que j'avais une semaine d'attente ou quelque chose comme ça. Deuxième versement, encore une semaine, c'est là que des cloches ont sonné. J'ai appelé au gouvernement et c'est là qu'ils m'ont dit avoir une lettre du ministère de la Justice comme de quoi qu'ils avaient droit de saisie. Au début, je pensais que c'était une farce et après ça ben j'étais fâché de constater que c'est vrai. C'est quelqu'un qui ramasse mon argent et qui s'en lave les mains de l'autre côté. C'est tout moi qui dois payer ça. C'est pas comme si j'avais reçu une lettre de quelqu'un me disant voici un test de paternité tu as un enfant et on va en cour avec ça. Je vous jure que je n'ai pas d'enfant ! »

 

Des avocats l'ont aidé gratuitement. Ils lui ont conseillé d'appeler les huissiers au palais de justice de Chicoutimi pour savoir s'ils avaient un dossier à son nom, mais il a reçu une réponse négative de ce côté. Même chose à la cour ontarienne, il n'apparaît nulle part.

 

« Tout le monde se grattait la tête, tout le monde se renvoie la balle. Finalement, j'ai rencontré mon député Richard Martel. Il devrait être capable de parler aux bonnes personnes. J'espère avoir des nouvelles d'ici la fin de la semaine. »

 

Avec la collaboration de Carolyne Labrie.