16 ans de prison pour Lévis Landry

Lévis Landry passera 16 ans et demi derrière les barreaux pour l'homicide involontaire de Marie-Ève Charron, tuée en mai 2016 sur la rue Plessis, à Val-d'Or.

La peine est une suggestion commune de la Poursuite et de la Défense, entérinée par le juge Richard Grenier.

C'est une peine très sévère pour homicide involontaire, reconnait la procureure de la Couronne, Me Véronic Picard.

« C'est effectivement une peine qui se situe dans le haut de la fourchette. Un meurtre deuxième degré, c'est une peine d'emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans, alors que là, monsieur a eu une peine de détention de 16 ans et demi, moins la détention préventive, ça fait à peu près 13 ans à partir d'aujourd'hui. »

-Me Véronic Picard

L'homme de 57 ans a plaidé coupable ce matin (mardi) à une accusation d'homicide involontaire, au deuxième jour d'un procès qui devait durer trois semaines.

C'est moins que l'accusation initiale de meurtre au deuxième degré, mais ça évite à la Couronne la tenue d'un procès et ça évite aussi toute chance d'un appel.

L'avocate de Lévis Landry, Me Julie Bolduc, explique son plaidoyer de culpabilité.

« Mon client voulait reconnaitre ses torts et l'offre qui a été négociée était satisfaisante pour la Défense, donc c'est la raison pour laquelle on a enregistré un plaidoyer de culpabilité sur l'accusation d'homicide involontaire. »

-Me Julie Bolduc

Lors des représentations sur sentence, la famille de Marie-Ève Charron s'est exprimée.

Son père a martelé au meurtrier qu'il ne lui aimait pas la face et qu'il souhaitait qu'il souffre plus que Marie-Ève, là où il sera.

La mère a mentionné que le meurtre a transformé des vies à jamais, que sa fille était aimée, mais vulnérable, et qu'elle aurait eu besoin du procès au complet pour pouvoir vivre son deuil.

La belle-mère a ajouté que c'était un meurtre gratuit, que c'était de la lâcheté et que sa famille ainsi que l'amour seront plus forts que sa violence.

En rendant sa décision, le juge Grenier a qualifié le geste d'ignoble et indiqué que Lévis Landry a privé quatre enfants, des parents et une soeur d'une personne chère.