Akasaba Ouest : plus de oui que de non

Outre le Conseil régional de l'environnement, la plupart des groupes et organismes qui ont pris la parole lors du BAPE sur le projet Akasaba Ouest appuient le projet. 

Agnico Eagle souhaite développer une mine de cuivre et d'or à ciel ouvert à 15 km à l'est de Val-d'Or.

Selon les groupes, l'expertise, la création d'une centaine d'emplois et le rayonnement d'un tel projet seraient bénéfiques pour la région. 

Par contre, tout le monde s'entend pour dire qu'Agnico Eagle devra effectuer des actions pour protéger la harde de caribous forestiers, qui ne compterait plus que 20 têtes à Val-d'Or.  

Également, la construction d'un nouveau chemin par la compagnie Eacom à proximité du projet minier représenterait un risque important et pourrait perturber l'animal.  

Ce qui est arrivé pour le caribou, c'est qu'au début des années 2000, il y a eu des meutes de loups qui ont profité du fait que les minières avaient ouvert des chemins trop vite, sans préoccupations, et les loups sont entrés et ont dissipé le troupeau de presque la moitié en un hiver. Là, on en ressent les contrecoups, et la mine doit faire attention pour éviter que ça se reproduis. le président de l'Association chasse et pêche de Val-d'Or, Jacques Cormier 

Ce que craignent aussi certains groupes, c'est ce qu'il adviendra après les activités d'exploitation de la mine et du sort de la fosse.

Il y a déjà des scénarios qui ont été proposés par des experts. De ces trois concepts-là, après analyse comparative, il y a en a une qui a été retenue, qui était le recouvrement. Par la suite, pour ce qui est de la fosse, c'était d'arrêter le pompage pour que l'eau remonte à la surface. C'est ce qui est préconisé, donc, il n'y a pas d'inquiétude à avoir - la directrice de l'environnement et du développement durable à l'Association minière du Québec, Nathalie Tremblay

Agnico Eagle prendra le temps de bien consulter les mémoires déposées lors du BAPE, et se dit prêt à effectuer des changements s'il doit y en avoir. 

 On a fait un beau processus de consultations. Depuis 2014, on a fait différents ateliers thématiques, des portes ouvertes, donc on a été vers les gens du milieu pour prendre leurs préoccupations et moduler notre étude d'impacts et notre projet avec les commentaires des gens. C'est sûr qu'on est ouvert aux nouvelles idées pour améliorer notre projet. - la coordonnatrice en environnement à la mine Goldex, Mélanie Roy

Le BAPE déposera son rapport au plus tard le 23 mai. Le rapport sera rendu public environ deux mois plus tard.

AKASABA EN BREF 

Le projet Akasaba Ouest est un gisement d’or et de cuivre situé dans le secteur du Lac Ben à une quinzaine de kilomètres à l’est de la ville de Val-d’Or. Il s’agit d’un projet de mine à ciel ouvert exploitée de façon conventionnelle. ?

Les opérations d’extraction et de transport se feront par des méthodes conventionnelles de forage, de dynamitage, de chargement et de transport du minerai. Ce dernier sera transporté par camion vers la mine Goldex à environ 30 kilomètres à l’ouest du projet. 

La mine Goldex a une capacité de production d’environ 6 500 tonnes par jour pour une capacité maximale d’usinage de 9 500 tonnes par jour. La production provenant du site d’Akasaba Ouest permettra donc d’optimiser l’utilisation de l'usine de traitement de la mine Goldex, évitant ainsi la construction d’une nouvelle usine.

Les résidus générés par l’exploitation du gisement Akasaba Ouest permettront aussi l’ajout de matériaux additionnels pour la restauration de l’ancien site minier Manitou, où sont déposés actuellement les résidus Goldex.

La durée de vie de la mine Akasaba Ouest s'échelonne ainsi : 4 ans d'exploitation, 1 an de travaux de construction et 2 ans de travaux de restauration, pour un total de 7 ans. L’exploitation se fera sur une base de 24 heures par jour et de 365 jours par année.

Simon Daoust, Bell Média

Jacques Cormier - Photo : Simon Daoust, Bell Média

Le Conseil régional de l'environnement - Photo : Simon Daoust, Bell Média