Canadian Malartic a le feu vert de Québec

Le projet d'agrandissement de la mine Canadian Malartic et de la déviation de la route 117 se concrétisera. 

Le gouvernement du Québec donne le feu vert à la minière. 

L'autorisation délivrée pour l'agrandissement de la mine comporte neuf nouvelles conditions, dont cinq concernent le climat sonore. Pour l'autorisation de la déviation de la route 117, on parle plutôt de cinq conditions. 

Le projet d'agrandissement permettra de prolonger la durée de vie de la mine de six ans et de maintenir plus de 1250 emplois.

La mine a été pointée du doigt à de nombreuses reprises en raison du bruit occasionné par ses activités. 

Le député d'Abitibi-Est, Guy Bourgeois, a tenu à se montrer rassurant : 

« Il y a des obligations spécifiques, mais il y aussi une volonté de la part de la mine de procéder de façon à améliorer de façon constante son bilan. Je pense que ça a fait partie des interrogations qui ont été soulevées pour trouver la façon la plus adéquate d'assurer le suivi ». 

Le Projet Extension Malartic représente des investissements totaux de 200 M$. 

Il prévoit d'abord la déviation de la route 117 au coût de 53 M$, entièrement assumé par la minière. 

Les premiers travaux devraient créer 160 emplois pour deux ans. 

De son propre aveu, le directeur général de la mine, Serge Blais, aurait souhaité obtenir l'autorisation un peu plus rapidement : 

« On aurait espéré un décret un mois avant, pour débuter les travaux de la construction de la route plus tôt. On est quand même chanceux, parce que les travaux pourraient débuter en juillet, donc on n’aura pas perdu toute la saison estivale. C'est deux ans de construction de route, ça nous prend trois étés. Donc si on ne réussit pas à faire assez de travaux lors des étés 2017 à 2019, ça prendra aussi l'été 2020, et c'est ce qu'on souhaite éviter ». 

La minière estime les retombées économiques à 650 M$ par année, principalement en Abitibi-Témiscamingue. 

Dans les prochaines semaines, après l'obtention des certificats d'autorisation, des travaux préparatoires débuteront, notamment le déplacement des services publics. 

Des travaux de déboisement et la construction d'un pont temporaire au-dessus de la route 117 figurent parmi les premières étapes du projet. 

Un plan spécifique de mise en oeuvre des mesures d'atténuation est prévu. Ces mesures limiteront les impacts que pourraient générer le chantier de construction relatif à la déviation de la route 117, particulièrement pour les résidents à proximité des travaux. La mine s'engage aussi à informer régulièrement les citoyens de Malartic des étapes du projet. 

À noter que l'autorisation du gouvernement n'affecte en rien le processus de recours collectif intenté par le comité de citoyens de la zone sud. Une décision à savoir s'il y aura un procès devrait être rendue dans quelques semaines. 

Description du projet 

Le projet consiste à agrandir la mine afin d'exploiter les gisements Barnat et Jeffrey et à dévier la route 117 à l'entrée est de la ville, puisqu'une partie du gisement Barnat s'y trouve. 

Conditions d'autorisation 

Le gouvernement exige le respect de plusieurs conditions dans son autorisation, notamment : 

- Fixer le taux d'extraction à un maximum de 241 000 tonnes par jour. 

- L'élaboration d'un plan de compensation des milieux humides et d'un plan de compensation des pertes d'habitats du poisson. 

- Pour le climat sonore, un système précis de gestion des plaintes, la surveillance du climat sonore pendant les phases de construction et d'exploitation et un plan d'action pour améliorer les performances sonores.