Canadian Malartic : la CCVD s'en réjouit

La Chambre de commerce de Val-d'Or se réjouit de l’autorisation du gouvernement à aller de l’avant avec le projet d’agrandissement de la Mine Canadian Malartic et de déviation de la route 117.

Sur l'aspect purement économique, le projet d'agrandissement permettra des retombées économiques de 650 M$ par année, principalement en Abitibi-Témiscamingue. 

C'est sans compter la participation de 550 fournisseurs provenant en grande partie de la région, en plus de sécuriser près de 1200 emplois pour six ans. 

Le président de la CCVD, Stéphan Ferron : 

« On est une ville minière, nos entrepreneurs miniers nous ont mis au monde et nous permettent maintenant de connaître de la croissance, donc c'est majeur. Autant que l'industrie forestière, sinon plus, actuellement, l'industrie minière nous amène de l'oxygène ». 

Stéphan Ferron est convaincu que la mine pourra répondre aux attentes, notamment en ce qui a trait aux bruits et à la poussière : 

« Les dirigeants derrière la mine Canadian Malartic, Agnico Eagle entre autres, sont des entreprises responsables et opèrent de façon sérieuse en tenant compte des préoccupations environnementales et sociales. Moi je suis convaincu que la minière va remplir les conditions, parce que ce n'est pas un chèque en blanc, je n'ai aucun doute que la mine y arrivera ». 

Les différentes Chambres de commerce de la région avaient toutes donné leur appui à la mine Canadian Malartic.