Caribous forestiers de Val-d'Or : vers une mort précipitée, croit l'Action boréale

L'Action Boréale de l'Abitibi-Témiscamingue déplore la décision de Québec de transférer la harde de caribous forestiers de Val-d'Or vers le Zoo sauvage de Saint-Félicien. 

Selon l'organisme, le troupeau ne pourra survivre dans un espace restreint, lui qui a l'habitude de vivre en milieu vaste et naturel. 

Aussi, pour une raison qui demeure encore sans réponse aujourd'hui, 19 des 21 caribous sont décédés au Zoo de St-Félicien en 2015. 

Le président de l'Action Boréale, Henri Jacob, craint pour le destin de la troupe de Val-d'Or : 

« Si jamais tout fonctionne, c'est à court terme, parce que les bêtes sont âgées donc ils ne vivront pas beaucoup plus longtemps là-bas. Les bêtes ont passé leur vie en liberté, donc il a besoin d'espace, sinon elles vont dépérir rapidement ». 

Henri Jacob croit que le gouvernement tente de réparer les pots cassés avec cette décision : 

« Le ministre gestionnaire de la faune et en même temps gestionnaire de la forêt, donc il a le mandat de protéger les espèces, dont les espèces en danger comme le caribou, et en même temps, il a la mission de fournir le bois à l'industrie. On est dans un monde capitaliste et la décision est souvent en fonction du capital. Ça se passe à un an des élections, donc il y a peut-être aussi une raison politique derrière tout ça ».  

La harde de caribous de Val-d'Or est menacée depuis quelques années, alors qu'il reste environ 15 individus, un nombre nettement en dessous du 50 pour assurer la survie de l'espèce.

Le troupeau du secteur de La Sarre pourrait subir le même sort dans quelques années, lui qui est menacé par des travaux sylvicoles.