Chiens dangereux : beaucoup d'ajustements à prévoir pour les municipalités

Le projet de loi déposé par Québec qui oblige municipalités et vétérinaires à signaler les chiens dangereux continue de faire réagir. 

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche dernier devant l'Assemblée nationale pour dénoncer la décision du gouvernement provincial. 

Le regroupement, sous la bannière d'Action Sécu-Québec, exige que le comportement des propriétaires de chiens soit au coeur du projet de loi.

Quoi qu'il en soit, les propriétaires de chiens auront à s'ajuster. Et les municipalités aussi. 

Par exemple, à Val-d'Or, la ville interdit actuellement les chiens de type pitbulls, mais le maire, Pierre Corbeil, ouvre la porte à la modification du règlement en fonction du projet de loi : 

« On travaille comme élu à évoluer dans un environnement sécurisé. À partir du moment où un animal, un individu, vient perturber cette sécurité-là, on ne peut pas rester indifférent. Quelles seront les dispositions finales qui seront prises? On va travailler pour qu’elles soient mises en place ici aussi et qu'elles soient respectées ».