Commission Viens: une femme crie dénonce la façon dont elle a été traitée à l'hôpital de Val-d'Or

Une seule personne témoignera encore aujourd'hui à la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics, à Val-d'Or.

Il s'agit de Carole Lévesque, qui est professeure à l'Institut national de la recherche scientifique.

Hier, Natasia Mukash, une femme crie de Whapmagoostui, a pris la parole pour dénoncer une situation qu'elle a vécue à l'hôpital de Val-d'Or en mai 2016.

Selon son témoignage rapporté par Radio-Canada, dix jours après avoir fait une fausse couche dans son village, elle se rend à l'hôpital de Val-d'Or pour y subir une chirurgie.

Si les premières infirmières qui l'ont accueillie à l'urgence ont été selon elle très rassurantes, l'employée qui est entrée en poste à minuit avait une toute autre attitude. 

L'infirmière de nuit aurait décidé, sans demander l'avis d'un médecin, que madame Mukash n'avait pas besoin d'être hospitalisée.

La femme crie a alors répondu qu'on l'avait évacuée d'urgence de sa communauté, mais elle avait l'impression que ses paroles frappaient un mur. 

Après une longue argumentation, l'infirmière lui a finalement permis de passer la nuit à l'hôpital, mais madame Mukash allègue avoir été négligée et avoir dû se contenter d'une toilette sommaire.

La femme du Nord du Québec a décidé de porter plainte attend toujours une réponse.