Décès sur un chantier forestier: mauvaise planification en cause

C'est en réparant cette machine que Clifford Joly a perdu la vie en février 2019.

Une mauvaise planification des travaux à plusieurs niveaux a causé la mort de Clifford Joly sur le chantier forestier Crocodile, à Témiscaming, en février 2019. C'est une des causes identifiées par la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) dans son rapport d'enquête, rendu public aujourd'hui (mardi).

 

Le 21 février dernier, l'homme de 57 ans effectuait de l'ébranchage d'arbres préalablement coupés pour l'entreprise Kebaowek Land Management. Il opérait une ébrancheuse à flèche monopièce et a entamé, avec un collègue, des réparations mécaniques sur la machinerie.

Le cylindre hydraulique d'inclinaison devait être retiré. Il s'est donc placé sous le cylindre en frappant avec une masse sur une goupille, pendant qu'un collègue tentant de l'enlever avec une barre d'acier. Dès que la goupille a été retirée, le cylindre a basculé, le frappant à la tête, ce qui a causé son décès.

« La gestion des travaux de réparation mécanique en forêt au chantier Crocodile est déficiente au niveau de la supervision, de la formation et de la méthode de contrôle de l'énergie gravitationnelle, exposant le travailleur au danger d'être frappé par le basculement du vérin d'inclinaison. »

- Steve McCann, inspecteur à la CNESST

Constat émis et correctifs exigés

Kebaowek Land Management écope d'un constat d'infraction pour avoir contrevenu à la Loi sur la santé et la sécurité du travail. L'amende variera entre 17 000 $ et près de 69 000 $. Le montant sera déterminé une fois que l'entreprise aura plaidé coupable ou non devant le tribunal.

Plusieurs solutions existent pour prévenir ce type d'accident, et c'est une responsabilité conjointe de l'employeur et de l'employé d'identifier les risques à la base.

Divers correctifs ont été exigés de l'employeur, indique le directeur prévention à la CNESST, Ghislain Vallée.

« On a demandé entre autres d'avoir de la formation, de la supervision des travailleurs, d'identifier les risques sur différents équipements qui sont opérés par l'entreprise, par les travailleurs, et s'assurer qu'ils ont toute l'information requise pour effectuer soit la conduite des équipements ou les travaux d'entretien sérieux. »

- Ghislain Vallée

Une procédure décrivant la méthode de contrôle des énergies devant être appliquée pour chaque machine a aussi été demandée, tout comme un programme d'accueil pour les nouveaux travailleurs, avec une description de tâche, la formation sur les méthodes de travail sécuritaires et les modalités de supervision.

Les travaux au chantier forestier Crocodile n'ont toujours pas repris depuis le 21 février. Ils se poursuivront seulement une fois que l'employeur se sera conformé à toutes les exigences de la CNESST.

Par souci de prévention, le rapport d'enquête de la CNESST sera transmis au Comité paritaire de prévention du secteur forestier et diffusé dans les établissements de formation qui offrent les programmes d'étude Mécanique d'engins de chantier, Mécanique agricole et Abattage et façonnage des bois.