Des ambulanciers veulent se faire entendre

Les ambulanciers de Rouyn-Noranda dénoncent la lenteur du gouvernement provincial quant aux négociations sur le renouvellement de leur convention collective. 

Celles-ci trainent depuis avril 2015, alors que le ministère s'est retiré des tables de négociations. 

Les aspects normatifs sont assez avancés, mais les aspects monétaires, notamment concernant les salaires et les retraites, ne pourront progresser tant et aussi longtemps que le ministère ne reprendra pas son siège à la table des négociations. 

Le syndicat souhaite une convention sur trois ans avec 4.5 % d'augmentation salariale par année. 

Une dizaine d'ambulanciers ont manifesté mardi devant les bureaux du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue à Rouyn-Noranda. 

Le responsable de la mobilisation au Syndicat des paramédics de l'Abitibi-Témicamingue et du Nord-du-Québec, Félix-Antoine Lafleur : 

« On veut que le message soit clair au ministre Barrette que ce n’est pas parce que les fêtes sont terminées qu'on va laisser les choses aller. Des manifestations comme ça, vous allez en voir de plus en plus aux quatre coins du Québec. On le perçoit comme un métier essentiel et important, et on veut recevoir cette marque de respect ». 

Dans les prochaines semaines, le Syndicat souhaite se doter d'un mandat de grève avec réduction des services non essentiels, notamment sur les formations en continu. 

Le Syndicat des paramédics compte 110 membres en Abitibi-Témiscamingue et dans le Nord-du-Québec. 

Avec les informations d'Audrey Folliot