Édith Cloutier satisfaite du travail entourant le rapport sur les femmes autochtones

La directrice générale du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or est satisfaite du travail effectué par l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées. Le document de près de 1 200 pages conclut que les femmes et les filles, particulièrement, sont victimes de génocide.

Édith Cloutier juge que c'est l'aboutissement d'un long chemin notamment pour les familles et que les vérités sont enfin connues.

« Il faut corriger les profondes inégalités sociales et économiques des femmes et des filles autochtones. Je crois que c'est un appel à la justice qui se fait sentir haut et fort. Il y a un trop grand nombre de femmes qui sont victimes de violence. Un féminicide a été à l'oeuvre au Canada. »

-Édith Cloutier, directrice générale du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or

Elle juge qu'il faut agir rapidement alors que les commissaires recommandent entre autres la création d'un tribunal des droits Autochtones et de la personne.

« Pour moi, l'enjeu de base et fondamental, c'est les conditions de vie des femmes autochtones. Au Centre d'amitié autochtone, on va donner des services directs aux femmes. On va répondre aux besoins en habitation. On a besoin de construire du logement social pour les femmes. C'est le premier élément sur lequel nous on va travailler. »

-Édith Cloutier