Embauche d'infirmières françaises: le CISSS répond aux critiques de la FIQ

La directrice intérimaire des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques au CISSS, Caroline Roy, a réagit aux aux critiques de la Fédération interprofessionnelle de la santé relativement à l'embauche d'infirmières françaises. 

La vice-présidente de la FIQ pour le secteur de La Sarre, Nancy Moore, affirmait récemment ne pas comprendre l'embauche d'une main-d'oeuvre extérieure, considérant le fait que plusieurs infirmières de chez nous étaient disponibles pour un poste à temps complet et ne faisaient qu'attendre un appel du CISSS.

Selon madame Roy, la réalité est quelque peu différente:

«Il peut arriver pour une infirmière qu'elle se dise disponible pour un secteur d'activité, mais que le besoin de l'organisation ne soit pas exactement dans le même secteur.»

Des mesures seront prises pour les infirmières

Quant aux allégations de la FIQ qui font mention que le moral des infirmières est au plus bas à l'heure actuelle, le CISSS mentionne que plusieurs mesures pour améliorer le tout seront prises:

«Améliorer la disponibilité et la présence au travail par différents leviers. Il y aura également un processus de rehaussement des postes et des activités intensives de recrutement pour certains secteurs et certains types d'emplois.» 

Le CISSS veut collaborer

Finalement, Caroline Roy s'est prononcée sur la création par la FIQ d'une coalition visant à dénoncer les nombreuses coupures en santé:

«L'organisation va se faire un plaisir de collaborer aux démarches qui sont entreprises, toujours dans un objectif d'amélioration des soins de service et de santé à la population.»

Selon madame Roy, le CISSS a comme objectif d'éliminer complètement la main-d'oeuvre indépendante d'ici novembre 2018.