La Fonderie Horne devra réduire ses émissions d'arsenic d'ici 2021

Benoit Charette, ministre de l'Environnement, en visite à Rouyn-Noranda pour jaser des émissions d'arsenic.

Le ministère de l'Environnement a son plan de match quant aux émissions d'arsenic émis par la Fonderie Horne de Rouyn-Noranda.

L'entreprise devra abaisser son seuil d'émission à 100 nanogrammes par mètre cube, d'ici 2021. Pourtant, la Loi stipule que les entreprises ne peuvent pas émettre plus de trois nanogrammes dans l'air.

Toutefois, cette cible provinciale ne s'applique pas à la Fonderie Horne, selon le ministre de l'Environnement, Benoit Charette, en visite à Rouyn-Noranda.

« La règle du trois nanogrammes est pour une nouvelle entreprise qui développe de nouvelles activités. Ce n'est pas une règle qui doit s'appliquer à tout le monde. Cette façon de faire n'est pas propre à la Fonderie Horne. Le trois nanogrammes, c'est pour les nouvelles opérations et ce n'est pas le cas de la Fonderie Horne, à Rouyn-Noranda. »

-Benoit Charette, ministre de l'Environnement

D'ici 2021, l'entreprise devrait investir 35 M$ pour pouvoir atteindre un seuil de 100 nanogrammes.

« On est confiant que l'entreprise puisse atteindre cette cible. Pour nous, c'est la cible de référence tant que la Santé publique ne nous dit pas le contraire. La population peut sans doute être rassurée. »

-Benoit Charette, ministre de l'Environnement

Le ministère estime avoir à coeur le développement économique de Rouyn-Noranda, mais pas au détriment de la santé de la population.

Benoit Charette a d'ailleurs mentionné qu'une deuxième visite à Rouyn-Noranda pourrait avoir lieu, si le besoin venait qu'à se faire sentir.