La vaccination populaire en Abitibi-Témiscamingue

Selon des données dévoilées par le CISSSAT à l'occasion de la semaine mondiale de la vaccination, le taux d'administration du vaccin est supérieur de 10 à 15 % en région en comparaison à l'ensemble du Québec.

Il s'agit du moyen le plus efficace d’éviter la propagation de maladies infectieuses graves.

Par contre, bien souvent, les nouveaux nés ont une peur bleue de la vaccination.

Il existe cependant différents moyens afin de diminuer la douleur, notamment l'allaitement avant et pendant la vaccination. Si la maman n'allaite pas, il est aussi possible d'administrer une petite solution sucrée à un bébé.   

Des trucs pour calmer l'anxiété existent aussi pour les enfants, explique la médecin-conseil à la direction de la santé publique, Dre Nicole Bouchard :

« Chez les enfants plus vieux, là on va utiliser d'autres trucs. Par exemple, la distraction. On va les faire souffler sur des bulles de savon, on va leur montrer des images, un appareil mobile, pour les distraire de la vaccination, sans déranger le travail de la vaccinatrice ». 

Il est important de se faire vacciner, surtout lorsqu'on revient de voyage, affirme Dre Nicole Bouchard :

« Lorsqu'un voyageur non vacciné revient d'un pays où il a contracté la rougeole, lorsqu'il arrive ici, parce que nous avons un bon taux de couverte vaccinale, on réussit à bien maîtriser l'infection. Il n'y a pas plusieurs cas, ni de générations successives de cas ». 

Pour obtenir de l'information sur le vaccin, le CISSSAT vous invite à consulter un spécialiste ou le portail santé mieux-être du ministère de la Santé et des Services sociaux.