Le cancer du maire de Preissac progresse, mais il continue de lutter

Stephan Lavoie s'est rasé les cheveux alors qu'il en avait perdu beaucoup en raison de la chimio.

Le maire de Preissac, Stephan Lavoie, a reçu une mauvaise nouvelle la semaine dernière: le cancer du poumon qu'il combat depuis bientôt cinq ans a progressé. Qu'à cela ne tienne, pas question pour lui de baisser les bras.

 

Malgré huit traitements de chimiothérapie, les résultats du Tep-Scan, qu'il a reçus jeudi dernier, ont démontré que la maladie s'est propagée à son petit intestin, son oesophage, une vertèbre et son ventre aussi.

C'est tout un choc pour Stephan Lavoie, qui a accepté de se confier à Info Énergie.

« Le verdict qui est tombé est vraiment plus difficile à absorber que la dernière fois... Je le sentais physiquement au niveau des douleurs, beaucoup plus de douleurs un peu partout au niveau du ventre et du dos, et aussi de l'étouffement au niveau de l'oesophage, mais je ne pouvais pas cibler ce qu'il y avait... et le scan d'avant était beau, on disait que ça avait diminué de plus de la moitié. »

- Stephan Lavoie

Malgré cette nouvelle, Stephan Lavoie demeure positif et continue de remercier la vie pour chaque jour supplémentaire qu'elle lui donne.

« Je vous avouerais que mon troisième round... il m'a mis au sol. Ça fait quelques jours que je pleure. Je me remonte le moral à la maison, et je profite du temps avec les miens. Je vais envisager un combat ultime ou une résilience ultime, je ne sais pas de quelle façon le voir. Avec le temps, je vais trouver la meilleure solution, » a-t-il confié.

Plusieurs options de traitements

L'homme qui aura 49 ans le mois prochain a maintenant plusieurs choix de traitements devant lui pour combattre cette troisième rechute et n'est pas encore prêt à baisser les bras.

À Montréal, les médecins lui ont offert de la radiothérapie, mais il a décliné l'offre, trouvant l'expérience trop difficile. Ils l'ont aussi invité à prendre part à un protocole de recherche, pour lequel il devrait déménager dans la grande ville. Enfin, le CART-4 est aussi une option. Le traitement consiste à injecter des cellules anticancéreuses directement dans les cellules du cancer, si aucun autre traitement ne fonctionne.

En Abitibi-Témiscamingue, Stephan Lavoie devrait se tourner vers les soins palliatifs et avoir recours à l'aide médicale à mourir. Un seul autre traitement de chimiothérapie est encore possible.

En attendant de prendre cette difficile décision début septembre, d'abord pour lui, puis pour sa famille, le maire de Preissac a recommencé son protocole de traitement avec des produits naturels.

« Avec des conseils de mes amis, j'ai recommencé rapidement, il y a deux jours, le cannabis par suppositoire avec le cannabis en onguent ainsi que le CBD par la bouche, avec une teinture-mère de plantes aussi pour désintoxiquer mon foie, et je me réapproprie une meilleure alimentation aussi. »

- Stephan Lavoie

Implication et victoires

Malgré les batailles de sa vie personnelle, l'homme politique continue de s'impliquer comme maire en prenant des pauses lorsque nécessaire, et promet qu'il continuera de représenter la population qui l'a élue avec honneur tant que sa santé le lui permettra.

Stephan Lavoie est aussi heureux d'avoir pu célébrer plusieurs grandes victoires ces deux dernières années. Le battant a fait mentir un diagnostic de fin de vie imminente et a pu fêter le premier anniversaire de sa fille Astrid à la fin juillet, alors qu'il ne devait initialement même pas être présent pour la voir venir au monde.

« C'est merveilleux. On s'accroche, on demeure positif et l'important, c'est d'échanger et d'apprécier ce que la vie nous offre. Ça passe tellement vite. »

- Stephan Lavoie

Le maire de Preissac a d'ailleurs tenu à saluer encore une fois le travail des équipes du service ambulatoire d'Amos qui s'occupent de lui.

Stephan Lavoie partage beaucoup son histoire sur Facebook, ce qui le motive à continuer de se battre, mais il trouve toutefois difficile de perdre d'autres  cancéreux qui deviennent des amis dans le processus. Il milite aussi beaucoup pour de meilleurs soins et services pour tous les gens atteints de cancer dans la province. 

« Ce qui est le plus déplorable dans tout ça, c'est de devoir tout le temps travailler très fort pour la paperasse, les assurances, les médicaments, les coûts, trouver des sous, se battre contre le système, les stationnements. Tout ça, c'est très difficile, et pour les proches aidants aussi, sans eux, on n'y parvient pas. »

- Stephan Lavoie