Les moyens de pression des éducateurs en CPE débutent ce matin

Les 11 mille éducatrices et éducateurs de 400 CPE affiliés à la CSN entreprenent des moyens de pression ce matin. 

Les syndiqués réclament de meilleures conditions salariales. 

En Abitibi-Témiscamingue, le président de la CSN, Donald Rheault, n'est pas du tout convaincu par l'attitude du gouvernement dans le dossier:

«Y'a pas une très grande ouverture. On dirait que les porte-paroles patronaux n'ont pas de mandat clair. Ça fait déjà 30 mois que la convention collective est échue. Ce piétinage là a assez duré. On veut aller de l'avant et améliorer nos conditions de travail.»

Il y a deux semaines, les syndiqués ont massivement voté en faveur d'un arrêt de travail de 6 jours. 

Donald Rheault mentionne que les employés n'hésiteront pas à se servir de ces journées si le dossier ne progresse pas rapidement.