Moins de formation en santé mentale pour les médecins de famille

Les nouveaux médecins de famille disposeront de moins de formation pour faire face aux problèmes de santé mentale. 

Auparavant, les résidents en médecine de famille bénéficiaient d’une formation offerte par des psychologues et des travailleurs sociaux, entre autres, pendant leurs deux années de résidence.

Comme 40 % des consultations médicales sont directement liées à des problèmes de santé mentale au Québec, la formation devenait indispensable. 

Or, le gouvernement du Québec ne partage pas le même avis, et décide de couper le financement des Unités de médecine familiale qui permettaient d'offrir la formation.

Le tout sera transféré vers les Groupes de médecine familiale (GMF), donc au privé. 

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) s'inquiète, notamment pour le recrutement de nouveaux médecins en région. 

Le répondant politique de l'APTS, Jacques-Michel Audet : 

« Partout dans les régions, au moment où il y avait une Unité de médecine familiale, ça permettait de pouvoir conserver ou d'attirer de nouveaux médecins. En moyenne, 50 %, voir plus, des médecins qui faisaient leur résidence en région restaient en région. Sinon, c'était difficile d'aller chercher des médecins qui ont terminé dans les grands centres. Maintenant ce ne sera plus le cas, alors oui, c'est inquiétant ». 

Les Unités de médecine familiale, qui offrent la formation, ont déjà remercié des psychologues, des travailleurs sociaux ou d’autres professionnels qui se consacrent à l’enseignement.