Pikogan évince un présumé trafiquant de drogue

Pikogan prend la décision d'évincer un membre de sa communauté après qu'il se soit fait arrêter et accusé pour possession et trafic de drogue. 

Stewart Ruperthouse fait face à deux accusations de trafic de stupéfiants et deux autres chefs de possession de stupéfiants dans le but d'en faire le trafic.

Les faits remontent entre le 1er novembre 2016 et le 2 mars 2017.

L'homme de 26 ans est donc expulsé, ce qui implique qu’il ne peut visiter des gens, circuler dans la communauté ou même y résider, et ce, jusqu’à sa sentence. 

Sa remise en liberté, initialement prévue pour le 10 mars, a été reportée au 15 mars suite à cette décision du Conseil.

Par cette résolution, le Conseil de la Première Nation Abitibiwinni espère protéger la santé des membres de sa communauté contre ce fléau, explique le chef David Kistabish : 

« C'est pour le bien-être de notre communauté. Il y a une campagne qui a été lancée, pas par le conseil actuel, mais par d'autres conseils avant nous, de tolérance zéro sur les drogues alors je pense que cette décision fait partie de cette politique. Ça s'est déjà vu auparavant, il y a des non-membres qui ont été évincés, mais je pense que c'est la première fois qu'un membre est évincé. Le message qu'on veut lancer, c'est qu'il n'y a pas de place pour les trafiquants de drogue dans notre communauté ». 

Le Conseil entend établir des règles strictes avec sa population concernant l'expulsion d'un membre de la communauté. 

Le service de police de Pikogan travaillait sur le dossier de Stewart Ruperthouse depuis plusieurs mois déjà et a collaboré avec la Sûreté du Québec.