Plus que quelques jours d'une fin de saison hâtive pour certains motoneigistes

Certains motoneigistes de la région ne sont plus qu'à quelques jours de voir leur saison se terminée hâtivement. 

Malgré la venue de Laurent Lessard à titre de ministre de l'Agriculture, en remplacement de Pierre Paradis, l'Union des producteurs agricoles n'oublie pas sa promesse. 

Soit le gouvernement du Québec accepte de tenir une table de travail pour étudier la réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles, soit les agriculteurs de l'Abitibi-Témiscamingue interdiront l'accès aux sentiers de motoneige qui passent sur leurs terres.

Si la réforme s'applique, l'UPA croit que les producteurs de l'Abitibi-Témiscamingue verront leur compte de taxe bondir de 46 %. 

Un médiateur neutre a été nommé pour faire l'évaluation parce que les chiffres de l'UPA et du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec n'étaient pas les mêmes. 

Le ministre régional, Luc Blanchette : 

« L'histoire des motoneigistes, je trouve qu'on les prend en otage. C'est un sport, une activité avec beaucoup de retombées économiques, l'industrie touristique en a besoin, moi je trouve ça inacceptable parce que ce n'est pas la bonne façon qu'on va développer notre région. La région a besoin de l'appui des secteurs agricoles, forestiers et miniers, mais aussi, et surtout de l'industrie touristique. Ce n'est pas une bonne façon de la développer quand on prend en otage l'industrie ». 

Selon Tourisme Abitibi-Témiscamingue, l'industrie de la motoneige représente 64 M$ de retombées économiques par année. 

Dans certaines régions du Québec, les agriculteurs ont déjà commencé à interdire l'accès aux sentiers.