Pour un meilleur partage de la route

L'organisme Accro-Vélo de Val-d'Or souhaite que le ministère des Transports se penche sur une meilleure cohabitation sur la route entre cycliste et automobiliste. 

Même si l'harmonie est meilleure qu'avant, il reste encore du travail à faire. 

L'organisme souhaite que le MTQ améliore et ajoute des infrastructures de qualité, notamment avec des voies d'accotement. 

En Abitibi-Témiscamingue, la route 117 est particulièrement dangereuse pour les cyclistes, notamment en raison des camions poids lourds qui circulent près des cyclistes. 

Et même si on voit de plus en plus de campagnes de sensibilisation au partage de la route, il reste beaucoup de travail à faire, explique le président d'Accro Vélo, Michel Lavoie : 

« Des miroirs qui frôlent des épaules, de l'intimidation, des projectiles lancés, des gens qui font aller leur essuie-glace juste pour qu'ont reçoivent du lave-glace, ça, il y en a plein, tout l'été, mais il y a aussi des bons côtés, des gens nous saluent, changent de voie. Ça s'en vient, on a encore du chemin à faire pour rejoindre l'Ontario ou les États-Unis. Le partage de la route se fait de mieux en mieux, mais il faut encore le travailler ».