Quelle relève pour le secteur forestier?

Le Québec pourrait subir de lourds contrecoups de la crise sur le bois-d'oeuvre résineux avec les Américains. 

En date du 24 avril, les États-Unis menacent d'imposer des droits compensatoires rétroactifs qui pourraient aller jusqu'à 40 %.

Selon le syndicat Unifor, les impacts seraient nombreux : perte d'emplois, menaces de fermeture de scierie, et conséquences sur la relève forestière. 

Le syndicat craint que cette crise mette un frein aux futurs travailleurs forestiers.  

Pourtant, les avantages de travailler en forêt sont nombreux, estime le directeur québécois d'Unifor, Renaud Gagné : 

« Il y a des emplois de demain, comme architecte, mais il faut créer une stabilité dans ce secteur et la crise qui est devant nous annonce pas de bonnes nouvelles pour recruter de la main-d'oeuvre. On espère qu'avec notre nouveau régime forestier, et tout ce qui sera mis en place si on a le soutien du gouvernement fédéral, qu'on sera capable de passer à travers. Moi je suis très confiant que les emplois de demain sont aussi payants qu'avant, sinon plus ». 

Le Québec aura besoin de 15 000 travailleurs dans le secteur de la foresterie d'ici 2020.