S'entraîner avec parcimonie lorsqu'on est malade?

Vous le savez, l'hiver est la saison où les risques d'attraper une grippe sont les plus élevés.

Alors, comment pouvons-nous jumeler la maladie et l'entraînement?

Premièrement, vous devez écouter votre corps. Si vos symptômes sont minimes tels qu'un rhume ou un mal de tête, vous devez choisir vous-même l'intensité de votre entraînement.

Voici la vice-présidente du Réseau Énergie Cardio, Évelyne Canape.

« En fait, si vous avez quelque chose, vous entraîner va vous aider. L'entraînement a comme impact d'augmenter le système immunitaire durant les 24h à 36h qui suivent. Si vous avez uniquement le nez qui coule, la voix irritée, je vous dirais de ne pas abandonner votre entraînement. »

-Évelyne Canape

Toutefois, si vous avez un rhume, vous devez penser aux autres gens qui fréquentent votre gymnase, indique Évelyne Canape

« Il faut être respectueux dans tout ça. Vous devez vous laver les mains constamment et nettoyer vos appareils. Il faut avoir une conscience sociale. Je dis toujours, si tu penses que tu es trop contagieux pour aller au travail, tu es trop contagieux pour aller dans un gym. Alors, vous êtes peut-être mieux, à ce moment-là, d'aller marcher à l'extérieur. »

-Évelyne Canape

Dans le cas inverse, si l'intensité des symptômes est trop élevée, vous devez vous en abstenir, selon Évelyne Canape.

« Si on travaille à une capacité maximale, on réduit la puissance de notre système immunitaire. Alors, si quelqu'un allait courir un marathon dans ces conditions, il aurait de fortes chances d'être malade après, parce que son système immunitaire chuterait. Son système est moins fort. »

-Évelyne Canape