« Tout le monde a besoin de l'industrie minière » - Josée Méthot

À en croire les différents intervenants du secteur minier, le Québec ne pourrait pas se passer de l'industrie minière. 

Il faut dire que les mines représentent 45 500 emplois et 4100 fournisseurs, dont la majorité proviennent de l'Abitibi-Témiscamingue. 

C'est aussi des dépenses de 5.8 milliards de dollars par année réparties dans toutes les régions au Québec.

Après un temps plus gris, où le Québec est passé du 3e au 18e rang en 2012 au niveau des territoires miniers les plus attractifs selon l'Institut Fraser, la province est en train de reprendre du galon, pointant maintenant au 6e rang. 

C'est bon pour les emplois croit la présidente directrice générale de l'Association minière du Québec, Josée Méthot : 

« Tous les emplois sont bien payés, et donc ces gens-là dépensent et font rouler l'économie dans les régions où ils habitent. On a des travailleurs miniers partout au Québec et on a aussi besoin des produits de l'industrie minière ». 

Tout le monde bénéficie de l'industrie minière, affirme la directrice générale de l'Association de l'exploration minière du Québec, Valérie Filion : 

« Exemple moi j'explore, je vais chercher des investisseurs qui majoritairement proviennent de l'extérieur du Québec. Ils viennent investir au Québec. Je donne des contrats à des PME, des fournisseurs de biens et services, des compagnies de forages, des bureaux comptables, des avocats, etc., donc tout le monde en bénéficie. Après, une fois le produit transformé, toutes les substances servent à produire des biens de consommation au final. Donc, tout ce qu'on a, tout ce qui nous entoure, provient des ressources minérales ». 

Après la crise financière de 2008 marquée par la faiblesse des prix des minerais, la situation se replace tranquillement. L'engouement pour les exploitations de gisements d'or et de fer est à la hausse partout au Québec.